top of page
  • Photo du rédacteurValérie Dunn

Prendre soin de la Terre

Dernière mise à jour : 30 janv. 2023

Le 22 avril est le Jour de la Terre... mais une journée ne suffit pas pour prendre soin d'elle.


Outre les raisons environnementales bien connues aujourd'hui (1), je pense aussi que respecter la nature implique de repenser notre relation avec les animaux, ces êtres vivants qui partagent la Terre avec nous.


Aujourd'hui je te parle de 2 clés en alimentation quand on veut aider la planète:



Mon but n'est pas de te convaincre de l'importance de poser ces gestes - je considère que tu es déjà convaincu.e - mais de t'outiller pour passer à l'action. Je te propose donc une liste de quelques conseils et de ressources pour t'aider à t'informer et à choisir les gestes que tu souhaites mettre en place pour contribuer toi aussi à un avenir meilleur sur notre Terre nourricière.


#1 - Réduire le gaspillage alimentaire


Je ne prétends pas être une pro à ce sujet! Je veux simplement te partager quelques conseils de base que j'utilise au quotidien:

  • Planifier les repas à partir de ce qu'on a déjà à la maison (au frigo, dans le garde-manger et dans le congélateur)*

  • Tenir un inventaire du congélateur*

  • Tenir compte des durées de conservation des aliments

  • Mettre des repas «touski» au menu

  • En cas de doute, planifier moins de repas pour la semaine (plutôt que trop de repas, et avoir des pertes). On laisse un peu de place à la flexibilité!

  • Utiliser la congélation pour les surplus, mais aussi pour les noix & graines et pour les farines entières; ainsi, on évite qu'elles rancissent trop vite.

  • Vérifier les dates de péremption avant d'acheter, mais être conscient.e que plusieurs aliments, dans certaines conditions, peuvent être toujours propres à la consommation après cette date. Consulter le guide Meilleur avant, bon après.


*Abonne-toi à l'infolettre pour avoir accès à ma Zone outils gratuits, où se trouve un modèle d'inventaire du congélateur et un outil de planification des repas.


Quelques ressources à consulter pour plus d'info:



#2 - Diminuer notre consommation de viande


Alors là, je m'y connais beaucoup plus!


Mine de rien, depuis que je mange végé, j'ai «contaminé» beaucoup de monde autour de moi. C'est souvent simplement la peur de l'inconnu, ou bien le manque de connaissances, qui nous empêche de mettre les protéines végétales au menu.


Quelques astuces au sujet des protéines végétales:

  • Le tofu ferme ou extra-ferme peut remplacer la viande ou le poulet dans plusieurs recettes que tu connais déjà: poulet au beurre, sauté, cari, soupe thaï, fondue, râclette... Essore-le avec un linge propre et fais-le mariner quelques heures (ou ajoute-lui une sauce et des assaisonnements) pour qu'il soit bien savoureux! Déchire-le avec tes doigts pour un visuel plus près de ce que tu connais, au lieu de le couper en cubes avec un couteau. Tu peux aussi l'émietter ou le râper pour l'ajouter à un plat comme une sauce à spaghetti ou une salade grecque.

  • Le tempeh est constitué de fèves de soya fermentées. Il a un goût un peu plus prononcé que le tofu, et il est plus riche en fibres. Le faire mijoter ou bouillir le rend plus doux au goût.

  • La protéine végétale texturée (PVT) remplace à merveille la viande hachée dans la sauce à spaghetti, les tacos, le chili, les burritos, etc. Elle peut être ajoutée directement aux plats mijotés, ou encore réhydratée et égouttée puis assaisonnée, pour les tacos par exemple.

  • Les edamames congelées sont un bon dépanneur à avoir sous la main pour compléter les salades-repas. Un petit fond d'eau dans un casserole (ou un bol allant au micro-ondes), on cuit quelques minutes, on égoutte et c'est tout!

  • Les haricots blancs rendront les potages plus crémeux et nutritifs.

  • Les lentilles sont de toutes petites légumineuses qui plaisent aux débutants. Achetées sèches, elles sont moins longues à cuire que les haricots et ne nécessitent pas de trempage. Les lentilles brunes peuvent remplacer une partie de la viande dans les sauces à spaghettis ou pâtés chinois; les lentilles corail sont excellentes dans un dahl!

  • Les lupins sont des légumineuses plus grosses, mais aussi plus croquantes. Je les adore dans une salade de pâtes style grecque. Attention: il est déconseillé aux personnes allergiques aux arachides de consommer des lupins!

  • Les pois chiches sont un bon passe-partout pour les recettes de riz (j'en mets même dans mes risottos), sautés, caris et autres mijotés. Les pois chiches grillés épicés ajoutent un croquant dans les salades, ou encore se mangent en collation.

  • Psst! Oui, les légumineuses peuvent te causer plus de gaz. Il vaut mieux commencer graduellement et surtout, bien les rincer avant de les ajouter aux recettes! Si on utilise les légumineuses sèches (à tremper), on jette l'eau de trempage.

  • Les noix et graines peuvent être ajoutées dans les salades, les sautés, le granola, le gruau, saupoudrées sur des rôties, des crêpes ou du pain doré. Un petit coup à la poêle pour les griller les fera exploser de saveur! La graine de lin doit être moulue pour qu'on puisse la digérer. La graine de chia peut l'être également, mais elle peut aussi être réhydratée dans un pouding de chia. Ces deux graines, une fois hydratées avec de l'eau, sont souvent utilisées comme substitut d'oeuf dans des recettes véganes (ex:muffins et galettes).


Quelques suggestions de recettes:


Quelques sites web à consulter:


Si tu souhaites faire un virage alimentaire plus végétal et que tu veux t'assurer d'en comprendre les bases pour avoir tous les nutriments dont tu as besoin, je te suggère de consulter un.e nutritionniste expert.e dans le domaine (comme moi!🙂).


« Oui, mais l'alimentation intuitive dans tout ça? Est-ce intuitif si je m'empêche de manger de la viande? »

... ça dépend!


Je crois fermement que l'alimentation intuitive est compatible avec une alimentation plus végétale. La différence se situe selon moi dans ton sentiment de restriction, dans la culpabilité ressentie, et dans les raisons qui motivent le changement, entre autres.


Quand il s'agit de respecter nos propres valeurs (environnement, éthique animale), qu'on le fait dans la bienveillance envers soi et dans le respect de notre propre rythme, qu'on explore... c'est tout à fait compatible avec l'alimentation intuitive.


Est-ce que ça veut dire que, même si tu aimes le steak, tu ne pourras plus jamais en manger? Pas nécessairement! Peut-être qu'aujourd'hui tu refuseras le steak, parce que tes valeurs environnementales et éthiques te paraissent plus importantes que l'envie d'en manger; et peut-être que demain tu en mangeras un, parce que tu es en visite chez des amis, que tu en as le goût et/ou que tu acceptes le compromis d'en consommer de temps en temps, sans culpabilité.


Peut-être qu'il y aura des périodes où tu en mangeras plus souvent, et d'autres pas du tout. Que ce soit par préférence pour tes papilles, parce que c'est plus pratique pour toi, ou parce que c'est ce qui est disponible.


Peut-être qu'un jour, tu t'apercevras que tu n'as mangé aucune chair animale depuis une semaine, ou un mois, sans trop t'en rendre compte. Ou peut-être pas.


Dans tous les cas, c'est maintenant qu'il faut agir pour notre futur. Via l'alimentation, le transport, l'énergie, nos habitudes de consommation et de voyage... chaque geste finit par compter.


 

Note 1: Je suis consciente que ces changements, tout comme l'alimentation intuitive, sont accessibles aux personnes qui bénéficient de certains privilèges, comme l'accès à la nourriture.


Note 2: Ce blogue s'adresse à un public général, est à visée éducative, et ne remplace en aucun cas des conseils professionnels individualisés.


Référence

1. Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), 2020. Changements climatiques et terres émergentes: résumé à l'intention des décideurs. En ligne: https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/4/2020/06/SRCCL_SPM_fr.pdf









45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


Post: Blog2_Post
bottom of page